les experts ont démystifié la révolution dans l’industrie automobile

29/05/2019 - Markus Isgro

Électromobilité – des essais routiers au forum technologique EMAG

Des mots-clés comme « électromobilité », « conduite autonome » et « big data » évoquent une transformation fondamentale dans l’industrie automobile mondiale qui va de paire avec des changements profonds dans la production – et qui constitue par conséquent un défi majeur pour la construction mécanique sur laquelle elle repose. La « révolution numérique et électrique » se retrouvait logiquement en point de mire au forum technologique EMAG de cette année qui s’est tenu à Salach, en Allemagne, en mai dernier. Cet évènement de deux jours s'est, entre autres, concentré sur la question suivante : « Que doivent faire les entreprises de production aujourd’hui en vue de se préparer adéquatement à la transformation ? ». Le vaste programme de l’évènement, comprenant de multiples sessions avec des experts issus des domaines scientifique, économique et de la construction mécanique y a apporté différentes réponses.


Comme l’a écrit Antoine de Saint-Exupéry : « Pour ce qui est de l’avenir, il ne s’agit pas de le prévoir, mais de le rendre possible. » Le forum technologique EMAG de cette année a lui aussi satisfait cet objectif, car son programme était en grande partie consacré à la question de savoir comment « rendre les choses possibles ». D’une part, des experts de haut rang issus de la recherche et de l’économie ont décrit dans leurs exposés la transformation numérique profonde qui a saisi l’industrie automobile ainsi que d’autres secteurs. Ce faisant, ils ont pointé les problématiques qui en découlent pour l’industrie manufacturière. D’autre part, les experts EMAG ont présenté de nombreuses solutions de construction mécanique, qui accélèrent la transformation dans divers domaines d’application. Il y avait en outre des démonstrations de machines en direct et un vaste « univers thématique ». Le concept de l’évènement était lui aussi intéressant de ce point de vue. Du fait que le sujet comporte de nombreuses facettes et qu’il ne peut y avoir de « solutions globales », les organisateurs ont misé sur une approche extrêmement flexible : les participants pouvaient se constituer un programme personnalisé à partir des sessions organisées en parallèle et aussi échanger avec les divers experts dans un grand « univers thématique ».

Des interventions saisissantes par les experts

Un des moments forts était le discours d'ouverture du Prof. Matthias Klingner, directeur de l’institut Fraunhofer pour les systèmes de transport et d'infrastructure. Sous l’intitulé « Zones vertes et interdictions de circuler pour véhicules diesel », il a entre autres avancé que ces interdictions de circuler pour les véhicules diesel si singulières n'accéléraient en rien le développement de l’électromobilité. Aujourd'hui, il s’agirait bien plus d’élaborer une politique globale des transports. Cela comprendrait aussi une gestion intelligente du trafic permettant de réduire les émissions, par exemple. L’électromobilité n’aurait pas besoin d’interdictions de circuler, mais plutôt d’une nouvelle infrastructure de transport, a résumé Klingner. L’intervention du Prof. Michael Zäh, titulaire de la chaire Machines-outils et technologie de fabrication à l'Université technique de Munich, était tout aussi intéressante. Il a clairement expliqué comment les constructeurs (et les utilisateurs) de machines-outils pouvaient bénéficier des méga-données (ou big data) et des jumeaux numériques. Dans le cadre de « l’industrie 4.0 », Monsieur Zäh a plaidé pour que les utilisateurs réfléchissent bien et qu’ils décident au cas par cas ce qui est bon pour leur propre entreprise avant de passer ensuite à la mise en œuvre étape par étape. Selon lui, en ce qui concerne le génie mécanique, il s’agirait actuellement de transposer les approches existantes de l’IA (intelligence artificielle) issues du domaine de l’informatique dans de nouveaux produits tels que la surveillance d’état et la maintenance prédictive.

La deuxième journée du forum technologique EMAG a débuté avec le discours d'ouverture du Prof. Stefan Bratzel, fondateur et directeur de l’institut automobile « Center of Automotive Management ». Il a abordé la « Mobilité du futur »: en 2030, plus de 50 pour cent des immatriculations de voitures neuves possèderaient un moteur à combustion. Selon Bratzel, l’électromobilité occuperait ainsi une place de plus en plus importante. Le sujet de la connectivité serait également d’importance de son point de vue, dans la mesure où elle introduit à son tour de nouvelles fonctions dans les voitures : en tant que client, il serait ainsi possible d’utiliser divers services sur demande dans le véhicule. À cela s’ajouteraient de nouveaux services de mobilité, tels que la « voiture servicielle », avec lesquels les modèles d’affaires de l’industrie automobile se sont radicalement transformés, selon Bratzel. Enfin, il s’agirait pour l’industrie automobile de se constituer un vaste savoir-faire dans le domaine des logiciels et de rechercher des coopérations avec les acteurs du big data.

La numérisation dans la construction mécanique

Ces débats et d’autres interventions d’experts étaient complétés par une multitude de sessions avec les experts EMAG présents. Ils ont abordé entre autres la numérisation des machines-outils, le potentiel de la fabrication additive, les solutions de production clé en main pour de nouveaux types de pièces de moteur électrique et l’usinage intégral de composants d’entraînement par des machines multi-technologies. Généralement, trois de ces sessions avaient lieu en même temps. Les participants devaient ainsi se décider et se constituer leur « propre » programme quotidien. Il y avait en outre un « univers thématique » installé pour l’occasion dans le nouvel atelier de production d’EMAG, dans lequel d’autres experts de la construction mécanique ont fourni des informations sur les innovations autour de l’industrie 4.0, la réalité virtuelle, les systèmes de fabrication et la fabrication de moteurs électriques. Les participants pouvaient également prendre part à une visite d’usine et faire des essais routiers avec la dernière génération de voitures électriques – en parfaite adéquation avec la thématique du forum technologique. Quelles conclusions tire EMAG de ce forum technologique de deux jours ? « Nous sommes particulièrement satisfaits de l’écho positif rencontré. De nombreux participants nous ont confirmé, d'une part, que nous avons abordé les bonnes thématiques – après tout, les nombreuses facettes de la numérisation sont une grande source de préoccupations pour le secteur actuellement et un véritable défi pour les gestionnaires de production. D’autre part, nous avons offert à chaque participant les espaces de liberté nécessaires pour qu'il puisse discuter de ses “propres” défis. Nous sommes convaincus d’avoir pu véhiculer des contenus utiles et apporter de nombreuses propositions à nos clients », indique Friedemann Lell, PDG de la société EMAG Salach GmbH. « De ce point de vue, le format innovant de l’évènement a fait ses preuves. Nous nous réjouissons d’ores et déjà du prochain forum technologique EMAG. »

Interlocuteurs

Markus Isgro

Press and Communication

Téléphone:+49 7162 17-4658
Fax:+49 7162 17-4027
E-mail:communications@emag.com

Video

Highlights EMAG Technology Forum 2019

Highlights EMAG Technology Forum 2019

Images